Notre démarche

Vous imaginez même pas la crise des premières semaines : calculer, vérifier, adopter une culture du régime et surtout ne pas manger ce qu’on veut quand on veut était un concept totalement inconu par ici… Alors mince, qu’est-ce qu’on va faire ?

Et ben, après quelques semaines d’ajustement un peu difficiles il faut bien l’avouer, on a repris notre cuisine en main ! Et je veux pas la ramener, mais on se régale pas mal 😉

Les autres

Pendant les premiers mois, j’ai souvent pensé aux personnes qui, comme moi, ont un diagnostic qui tombe et qui doivent adapter leur alimentation du jour au lendemain.

Pour quelqu’un comme moi, c’est difficile parce que j’aime la bonne grosse bouffe, mais pas si difficile car je cuisine beaucoup. En quelques semaines, avec l’aide préciseuse de ma moitié, nous avions réussi à nous adapter et à nous faire plaisir.

Mais qu’en est-il des personnes qui ne sont pas très cuisine, qui n’aiment pas cuisiner, qui n’ont pas le temps ?

C’est pour cela que nous avons décidé d’orienter un peu la ligne éditoriale du blog, pour que des personnes dans mon cas, un peu perdues au début, puisse trouver des idées qui sortent un peu de l’ordinaire !

Si nos recettes pauvres en sel, pauvre en potassium et pauvre en phosphore peuvent se retrouver dans l’assiette et rassurer quelqu’un qui vit une période un peu difficile, je serai tellement ravie !

Lorsqu’on est plusieurs

Je ne vais pas passer par 4 chemins : l’aide des autres (les parents, les copains·ines, les conjoint·es, les enfants, les proches, bref tout le monde !) est *indispensable* !

 

— en cours de rédaction —